Famille

Qui appeler en cas de fugue ?

Certains adolescents décident difficilement de s’enfuir du cocoon familial. Le concept de fuite concerne le vol de chez soi, mais aussi d’une école (internat, par exemple). En fait, il s’agit d’éviter la personne qui a la garde du mineur. Cependant, il convient de noter qu’il ne concerne que les mineurs, puisque l’âge de 18 ans, les enfants peuvent « prendre la fuite » (article 271-3 du Code civil). Les personnes émancipées sont également exclues (cf. émancipation d’un mineur). Le groupe d’âge est large, les jeunes ont entre 12 et 17 ans. Commençons par des chiffres rassurant, environ 80% d’entre eux rentrent chez eux dans les 48 heures suivant leur vol. Cependant, la prise en charge des parents n’est pas moins importante. Les jeunes filles utilisent ce moyen plus pour se faire entendre que les jeunes garçons. Tout d’abord, un enfant fugueux appuie sur un sentiment de maladie ; on touche pas par ennui ou passe-temps.

Plus de 50 000 adolescents s’en vont chaque année. En général, les personnes placées dans le centre sont les plus touchées, mais les enfants placés sous la supervision de leurs parents sont concernés.

A lire en complément : Quel est le titre de noblesse le plus élevé ?

Il convient de noter que la fuir n’est pas une infraction criminelle. Cependant, il n’est pas nécessaire de choisir cette solution à la moindre occasion. En revanche, une personne mineure commet, sans le consentement de ses parents, une infraction pénale passible d’une peine de cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de 75 000 euros (art. 372 du Code civil et article 227-8 du Code pénal). Elle pourrait être accusée de détournement de fonds d’un mineur.

Pourquoi un enfant décide-t-il de s’enfuir ?

Différentes situations peuvent conduire à que l’enfant s’enfuit. L’ adolescent peut agir sous la colère et l’impulsion. Il suit un différend avec ses parents ou parents et ne pense pas aux conséquences. Un enfant fugueur peut s’enfuir dans un esprit de rébellion, pour montrer qu’il peut soit s’engager seul, soit se gérer lui-même sans quelqu’un. Il peut également être manipulé par un être cher (petit ami, petite amie, adulte…). Il arrive aussi que ce geste soit destiné à vérifier l’amour de ses parents envers lui. C’est une sorte de test. La fugue peut donc être « spontanée » ou préméditée. Dans les deux cas, l’enfant se met en danger. Puis il craignait son retour chez lui par crainte de la réaction de son père ou de sa mère. Par conséquent, quand un enfant fugueur revient à la maison, le comportement des parents est très important pour le rassurer, ainsi que pour l’écouter ; sinon il pourrait répéter son acte…

A découvrir également : Quels sont les droits des Grands-parents en cas de divorce ?

Notification aux jeunes adolescents : une fugue ne doit pas être prise à la légère. Tout le monde a eu une crise d’adolescence ou a eu une « she-le-bol » un jour de la part de ses parents, de son frère ou de sa sœur. Les parents trop sérieux, absents, ne pas écouter, la liste peut vous pousser à fuir est longue.

Mais même si vous n’êtes pas légalement puni, les conséquences de votre acte seront présentes. Le manque de confiance avec vos parents peut régler, ainsi que des soins permanents de leur part peuvent avoir lieu. Si c’est faux, vous devez créer un dialogue avec eux ou avec vos proches. Il existe toujours des solutions alternatives dont les résultats ne seront que meilleurs.

Est-il possible d’éviter la fuite de votre enfant ?

Certains parents sont préoccupés par les vols potentiels pour leur enfant ; mais est-il possible de agir ? Sans s’en rendre compte, votre fils ou votre fille peut vous envoyer des signes divers et variés. Il a peut-être abordé le sujet comme si rien ne s’était passé et examine, par exemple, votre réaction. En général, c’est le comportement de l’adolescent qui change, il est plus agressif et en même temps garde sur lui. Il ne veut pas établir de dialogue, il a des secrets en lui. Il peut aussi se préparer à son départ en mettant de l’argent de côté. Si ces éléments apparaissent, il n’y a pas de temps à perdre ! Ne dis pas « ça va passer ». Tu dois lui parler et l’aider à « vider son sac. « Il est important qu’il sache que vous l’écoutez, que vous êtes présent et que vous le comprenez. Vous pouvez également recourir à la médiation familiale (voir médiation familiale), mais sans elle trop brusquement.

Personne ne suppose que votre enfant sait mieux que ses propres parents, vous devez agir en conséquence montrer la raison tout en tenant compte de ses sentiments.

Procédures à prendre en cas de fuir votre enfant

Parfois, il est trop tard pour la prévention… Votre enfant n’est pas rentré à la maison, que faire ? Avant de vous alerter, assurez-vous que ce n’est pas un « mauvais timing » entre vous et votre fils ou votre fille. Appelez l’école, ses amis, votre environnement pour vous assurer qu’il n’est pas à la maison. Si ce n’est pas le cas, vous devriez aller dans votre chambre pour voir si rien ne vous plait (vêtements manquants, tirelire vide…). Vous devez mobiliser, mais aussi vos proches et amis pour savoir où il pourrait être, qui pourrait le recevoir, où il est habitué à aller, etc. Si vous ne pouvez toujours pas trouver votre enfant, vous devriez immédiatement appeler le poste de police le plus proche pour vous. sera alors placé à lui trouver. Les parents devraient continuer à recueillir des renseignements. Il est également important qu’au moins une personne reste dans la maison de l’enfant ou de l’adolescent pour s’assurer de son retour.

Les parents peuvent appeler 116 000. C’est un service qui écoute les familles. Il leur donne un soutien supplémentaire dans cette épreuve difficile.

Soyez prudent, ne vous précipitez pas en inondant les réseaux sociaux avec des messages inquiétants sur une fuite possible de votre enfant. Il est préférable de demander conseil au service de recherche à l’avance. Pourquoi ? Juste pour empêcher un enfant fugueux d’avoir honte de rentrer à la maison. Il y a des groupes et des associations qui soutiennent les parents pendant cette triste épreuve, en particulier le jeune site fuyant. Il est également possible de trouver du confort ou des conseils par le biais de « groupes Facebook ».

Qu’ est-ce si un enfant fugueur contacte ses proches ?

Un enfant fugueur peut contacter ses parents ou ses proches. Ensuite, il sera nécessaire de garder son sang froid et essayer d’établir un contact calme et régulier avec lui. Le temps n’est pas pour les engulades, au contraire. S’il a pris la peine de vous appeler ou de vous écrire, cela peut être par faute ou regret. Demande-lui s’il va bien et essaie de comprendre pourquoi il est arrivé là. Choisissez quelques questions assez générales mais importantes de la section « Vous allez bien ? , « Êtes-vous en sécurité ? » , « Êtes-vous seul ? , « Êtes-vous en danger ?  » Lorsque l’occasion se présente, offrez-lui de vous voir, préférant dans un endroit neutre, de sorte qu’il ne se sent pas piégé et plus libre. S’il refuse, demandez-lui si vous pouvez le rappeler pour entendre parler de lui, parce que vous êtes inquiet.

Le dialogue doit progressivement être restauré et permettre de comprendre les erreurs de l’autre.

Responsabilité des parents à l’égard de l’enfant fugue

Fondamentalement, les parents sont responsables du fait de leur enfant tel que décrit dans l’article « La responsabilité des parents pour le fait de leur enfant » (article 1384, paragraphe 4, du Code civil). La fugue du mineur ne permet pas l’exemption de cette responsabilité, même si la mère ou le père (Cass. Crim. 6 novembre 1968, n°68-90.739) avait notifié la police.

Dans le cas où une association a la charge organisationnelle, la gestion permanente et le contrôle d’un enfant fugueux, la responsabilité peut être engagée s’il cause des dommages (Cass. Civ. 2, 7 mai 2003, n°01-15.607).

Comment répondre au retour d’un enfant fugueux ?

Le retour de la maison d’enfants fugueurs devrait causer un soulagement profond et de la joie, pas de gêne. Il doit exprimer ses sentiments et le pourquoi de la façon. Vous devez aller de l’avant ensemble. Les deux devront se questionner. Les solutions aux problèmes qui ont conduit à la fuite devront être trouvées ensemble. C’est un nouveau départ. Il va sans dire que vous ne devriez pas le féliciter de s’être enfui, mais la raison devrait être clarifiée. L’enfant peut d’abord refuser de retourner vivre dans la maison familiale, alors il n’est pas nécessaire de vous priver et d’essayer de voir s’il peut vivre avec un être cher pendant un certain temps.

Passez des moments ensemble dès que possible pour établir ou créer un accessoire à nouveau.

Article similaire

Show Buttons
Hide Buttons