Famille

Quels sont les droits des Grands-parents en cas de divorce ?

Les parents peuvent-ils empêcher les grands-parents de voir leurs petits-enfants ?

Les situations de rupture entre grands-parents et petits-enfants ne sont pas des cas isolés. Ils sont généralement trouvés en cas de divorce ou de divorce des parents. Dans une situation de conflit de l’un des enfants, soit le père ou la mère, avec leurs propres parents. Ou après la mort de l’un des parents.

Quelle que soit la situation familiale et malgré les conflits entre les générations, l’article 371-4 du Code civil stipule que « l’enfant a le droit d’entretenir des relations personnelles avec ses ascendants . Seul l’intérêt de l’enfant peut entraver l’exercice de ce droit  », rappelle Sylvie Diefenthal.

A lire également : Qui appeler en cas de fugue ?

En cas de divorce de parents, mariés ou non, elle fait valoir que « les grands-parents ont le droit d’avoir une relation directe avec leurs petits-enfants sans passer par le père ou Mère. Et que même si ce sont des enfants d’âge préscolaire. »

Quelles solutions pour les grands-parents ?

En cas de conflit, si les parents empêchent les grands-parents de voir leurs petits-enfants, ils devront agir auprès du juge des affaires familiales (JAF) pour faire valoir leurs droits. Il est conseillé de prendre un avocat en droit de la famille, et cela est obligatoire de s’adresser au tribunal. La JAF à confisquer sera toujours celle du lieu où se trouvent les enfants.

Lire également : Où partir en vacances l'été ?

Avant d’entamer une procédure juridique lourde et douloureuse pour tous, les parents et les grands-parents seront systématiquement guidés par la médiation. Mais « si aucune solution à l’amiable n’est trouvée, la JAF déterminera les modalités de la relation entre l’enfant et ses grands-parents, souvent un droit de visite et/ou de séjour chez les grands-parents », explique Maître Diefenthal.

Le juge examinera si les grands-parents ont établi des liens affectifs durables avec leurs petits-enfants, s’ils ont assuré leur éducation et leur entretien . Donc et à moins qu’il y ait de bonnes raisons de ne pas répondre à leur demande, le lien sera restauré.

À savoir, avant que les enfants de la JAF eux-mêmes, même les mineurs, peuvent demander à être entendus en écrivant directement au tribunal et en lui demandant de voir leurs grands-parents.

La JAF peut-elle refuser aux grands-parents les droits d’accès et de résidence ?

Dans certains cas, oui, le tribunal peut considérer, conformément à l’article 371-4 du Code civil, qui stipule que « si l’intérêt de l’enfant l’exige, la JAF détermine les conditions des relations entre l’enfant et un tiers, parent ou non », s’il est dans l’intérêt du mineur de ne pas avoir liens avec ses grands-parents .

C’est le cas « si les grands-parents ne sont considérés comme aptes à prendre soin de leurs petits-enfants, si les petits-enfants refusent catégoriquement de les voir, ou si le juge estime que la relation trop haineuse entre les parents et les grands-parents peut perturber l’équilibre de l’enfant », explique Maître Diefenthal. C’est toujours l’intérêt supérieur de l’enfant qui prévaut en cas de litige.

« Dans les situations complexes, le tribunal peut ordonner un examen social et désigner un travailleur social pour contrôler l’atmosphère qui prévaut tant chez les parents que chez les grands-parents. En cas de conflit aigu et si les grands-parents n’avaient aucun lien avec leurs petits-enfants pendant la période du mariage  », ajoute Sylvie Diefenthal, ils auront peu de légitimité pour demander l’entrée et le logement et auront de bonnes chances d’être rejetées ou tout simplement un droit de correspondance, le tribunal autorise seulement l’échange de quelques lettres et les appels téléphoniques au cours de l’année. »

« Le tribunal tiendra toujours compte des intérêts de l’enfant plus que ceux des grands-parents en cas de litige. » En cas de cause grave et si l’intérêt de l’enfant est de ne pas voir ses grands-parents, il n’y a aucune obligation de visiter .

Les droits des grands-parents peuvent-ils être énoncés dans une ordonnance de divorce ?

Bien que les accords de tutelle et les droits de visite et de séjour des parents soient définis dans une ordonnance de divorce ou de divorce, le statut et les droits des grands-parents ne sont pas traités d’aucune façon.

« D’un autre côté, il arrive que nous en parlions s’il y a une pénurie de père ou de mère », dit Maître Diefenthal. Par exemple, dans le cas d’un père ou d’une mère divorcé qui a de la difficulté à s’occuper uniquement des enfants. Le tribunal peut alors accorder le droit de visite et le logement au parent qui est en difficulté est avec la présence obligatoire de la grand-mère ou du grand-père lors de la réception des enfants.

« Les grands-parents peuvent alors être amenés à compenser les lacunes du père ou de la mère », a ajouté Maître Diefenthal.

Presque toutes les procédures initiées par les grands-parents sont souvent initiées après le divorce.

Les grands-parents ont aussi des devoirs

Si nous parlons plus souvent des droits des grands-parents, il convient de rappeler qu’ils ont également des obligations envers leurs petits-enfants.

« Ils peuvent être un devoir d’entretien envers leurs petits-enfants lorsqu’il y a une pénurie totale de père ou de mère dans le cadre de la solidarité familiale », explique Maître Diefenthal. Par exemple, lorsque le père ou la mère ne paie pas de pension alimentaire à son ex-conjoint. Toutefois, il fait valoir que le parent requérant « s’est tourné vers les grands-parents peut tourner, mais seulement en ce qui concerne le toit et la couverture, mais pas à l’éducation . » Ils ne sont donc pas tenus de payer l’éducation de leurs petits-enfants si leur fils ou leur fille ne s’acquitte pas de leurs devoirs.

« Si ces situations sont souvent fermées à l’amiable, bien sûr, il est préférable de les officialiser et de les officialiser afin que les grands-parents puissent déduire la pension qu’ils paient pour leurs petits-enfants », conseille Maître Diefenthal. Les grands-parents devraient alors demander de régulariser la situation avec la JAF .

La procédure relative à la JAF pour la pension alimentaire des grands-parents est relativement courante. Et nous voyons régulièrement des grands-parents qui remplacent le parent perturbé pour payer une pension alimentaire. Mais les grands-parents prennent généralement le relais sans passer par elle s’il y a un décès ou une cause grave et valable. Ou dans le cadre de la médiation.

Les obligations sont réciproques, en tant quepetits-enfants, dès qu’ils sont plus âgés, sont tenus de payer pour leurs grands-parents qui sont en détresse ou qui sont incapables de payer, qui sont dans une maison de retraite si leurs parents ne peuvent pas le faire.

Un parent peut-il demander à la JAF que les grands-parents remplacent l’ex-conjoint en défaut ?

Comme on l’a vu plus haut, les grands-parents ont une obligation alimentaire en cas de manquement de leur fils ou de leur fille aux obligations de sa mère.

D’où se référer la JAF au premier retard dans le paiement de la pension alimentaire… Cette approche devrait être introduite en dernier ressort : « Tous les fonds doivent être utilisés au préalable  » pour recouvrer sa pension, dit Maître Diefenthal. FAC, huissier de justice, taxes, etc.

Mais toujours bon à savoir, même si ces procédures ne sont pas systématiquement mises en œuvre.

Article similaire

Show Buttons
Hide Buttons