TPE / PME

Dubaï, le paradis fiscal pour les entrepreneurs

Votre décision est prise ? Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure de l'entrepreneuriat et vous êtes tenté par une domiciliation dans un paradis fiscal ? Votre entreprise a déjà pignon sur rue mais transférer votre entreprise à Dubaï vous intéresse ? Les Emirats Arabes Unis vous tendent les bras !

Les bénéficiaires de la création d’entreprise offshore à Dubaï

Avant d’entamer des procédures administratives ou de faire des projets, il est important de se renseigner afin de savoir si vous êtes autorisé à créer une entreprise à Dubaï. En tant que futur chef d’entreprise, ça ne devrait pas poser de problème étant donné que les bénéficiaires de cette procédure administrative sont les suivants :

– les créateurs et chefs d’entreprise, les entrepreneurs

– les entreprises PME et PMI

– les consultants et prestataires de services

– les webmasters

– les indépendants ou freelancers

Les activités concernées

Autant les statuts sont assez larges, autant les activités concernées pour la création d’une société offshore à Dubaï sont assez restreintes. Mais si vous êtes en train de vous renseigner sur cette piste entrepreneuriale, c’est que votre activité fait sans doute partie de celles que les Emirats Arabes Unis souhaitent favoriser.

Les principales activités sont évidemment liées au commerce : les activités industrielles et financières, les SSII et la vente de biens dématérialisés, le commerce en ligne, l’import-export, les conseils & services et les courtiers en bourse.

Si votre entreprise a une autre activité principale, vous aurez du mal à la créer ou la transférer à Dubaï.

Les avantages de la domiciliation à Dubaï

Tout comme aux Etats-Unis, les avantages sont nombreux et c’est en partie pour cela que la délocalisation et la création d’entreprises à l’étranger est à la mode même si elle n’a pas forcément bonne presse, notamment en France.

Quelques exemples de ces avantages :

– pas d’imposition

– un compte bancaire société multidevises

– un niveau de confidentialité inégalé

– pas d’obligation comptable

– pas de capital à apporter

– la société peut appartenir en totalité à des investisseurs étrangers

– l’aura de Dubaï dans le milieu des affaires

et bien d’autres encore.

Afin de pallier à d'éventuelles fraudes ou des incompréhensions liées à l'évasion fiscale, le Common Reporting Standard (CRS) – réglementation dont l'objectif est la transparence fiscale grâce à un échange automatique d'informations – a été mis en place depuis le 1er janvier 2016. Cela oblige l'ensemble des institutions financières européennes à communiquer entre elles sur leurs comptes bancaires détenus.

24 octobre 2018
Show Buttons
Hide Buttons