Business

Quel est l’intérêt de l’EIRL ?

Depuis le 1er janvier 2011, le statut d’entrepreneur individuel à responsabilité limitée a été établi, dans le but principal de protéger les actifs privés de l’entrepreneur qui exerce ses activités dans le cadre d’une entreprise individuelle. Dans cet article, nous allons vous présenter les spécificités de l’IIRL, ainsi que les systèmes fiscaux et sociaux qui s’y appliquent. Vous verrez également les avantages et les inconvénients du statut d’entrepreneur individuel à responsabilité limitée.

Définition et caractéristiques de l’EIRL

Le propriétaire unique à responsabilité limitée EIRL est, comme son nom l’indique, une entreprise individuelle, dans laquelle la responsabilité de l’entrepreneur dans le cadre de son activité économique est limitée à la partie de ses actifs transférés.

Lire également : Pourquoi installer ses bureaux dans un espace de coworking ?

L’exercice d’une activité économique dans le cadre d’un EIRL vise à limiter le risque des entrepreneurs individuels. Cela est dû à la confusion entre la déclaration du patrimoine professionnel et celui de l’entrepreneur. Cela est possible grâce au mécanisme de la matrice d’allocation.

La notion de patrimoine

L’allocation patrimoniale est la base de l’EIRL. C’est le mécanisme par lequel les entrepreneurs individuels ont la possibilité de distinguer, lequel de ses fonds propres il allouera à l’exercice de son activité économique, et qu’il conservera dans sa déclaration d’actifs privés. Cette répartition des avoirs est effectuée selon une déclaration de saisie insaisissable.

A lire également : Déposer son brevet en ligne, c'est simple et rapide

C’est sur cette séparation que repose la base de l’EIRL et d’où provient le principal avantage. En effet, avec cette répartition de la richesse professionnelle, le seul gage des créanciers professionnels de l’entreprise est l’ensemble des actifs concernés. Ils ne peuvent plus se tourner vers la propriété privée de l’entrepreneur à payer être, en cas d’échec de l’activité économique. De même, en cas de défaillance de l’environnement personnel et commercial de l’entrepreneur, les créanciers professionnels ne peuvent saisir les actifs de l’EIRL.

Les effets de l’allocation de capital ne se terminent pas avec la fin de l’EIRL, quelles que soient les raisons.

Qui peut être un entrepreneur individuel à responsabilité limitée ?

Peut utiliser ce statut, toute personne physique émancipée d’âge ou mineur. Les mineurs âgés de 16 à 18 ans peuvent, avec le consentement de leurs tuteurs légaux, exécuter l’acte constitutif d’un EIRL sous la forme d’un acte de droit privé. Mais les actions de gestion ne peuvent être réalisées que par eux.

Régime fiscal de l’EIRL

D’un point de vue fiscal, l’EIRL a le choix entre l’imposition des bénéfices provenant d’activités professionnelles et l’impôt sur les sociétés.

    • L’imposition des bénéfices en tant qu’impôt sur le revenu est le principe de base adopté par le Parlement. Dans ce cas, selon le régime le plus approprié à sa situation (micro-imposition, régime réel normal ou régime réel simplifié), l’EIRL verra son bénéfice imposable dans les catégories de bénéfices industriels et commerciaux ou de bénéfices non commerciaux, selon le régime le plus approprié à sa situation. Activité commerciale.
    • La taxe sur le SI est une option irrévocable que l’entreprise ne peut utiliser que si elle est soumise au régime fiscal réel. Ici, nous avons un bénéfice imposable dans les mêmes conditions que l’EURL, déduction faite de la rémunération éventuelle de l’entrepreneur individuel.

Le choix du type d’impôt peut être fait au moment de l’établissement ou pendant l’existence de l’entreprise. Dans ce cas, il n’y a pas de formalisme précis. Il suffit de se référer au Service fiscal des entreprises (SIE) ou le Centre des formalités commerciales, auquel appartient la société.

Régime social de l’EIRL

Le régime social auquel l’entrepreneur individuel est soumis en vertu de l’EIRL dépend du type d’impôt choisi :

  • Dans le cadre d’une taxe sur la RI, l’entrepreneur est couvert par le régime des travailleurs indépendants et ses cotisations sociales sont calculées sur le bénéfice total généré par l’activité commerciale.
  • Si, par contre, l’EIRL a opté pour le SI, les cotisations sociales sont calculées sur la base de la rémunération et des dividendes perçus.

Avantages et inconvénients de l’EIRL

L’exercice d’une activité économique sous la forme d’une EIRL présente de nombreux avantages administratifs, juridiques, fiscaux et sociaux. Cette forme juridique d’entreprise n’apporte pas de réels inconvénients, mais plutôt des obligations et des restrictions.

Les avantages de EIRL

    • Au niveau administratif, l’EIRL hérite des procédures de constitution réduite de l’IE (Centre de Formalités des Entreprises, annuaire des entreprises, etc.).
    • D’un point de vue juridique, le mécanisme de répartition des actifs permet à l’entrepreneur individuel de sécuriser la partie de sa richesse qui n’a pas été allouée à l’activité économique.
    • En termes d’imposition, l’entrepreneur individuel peut choisir le type d’impôt qui lui est le plus rentable.

Les obligations de l’EIRL

L’exercice comptable de l’EIRL exige le maintien d’une opération comptable et d’une comptabilité bancaire distincte, pour les activités professionnelles et personnelles, de l’entrepreneur individuel. En outre, les règles comptables applicables à la comptabilité professionnelle dépendent du système fiscal dans lequel l’EIRL est enregistré. Enfin, il est obligatoire d’indiquer sur tous les documents professionnels, abrégé ou dans toutes les lettres qu’il s’agit d’une société individuelle à responsabilité limitée EIRL, en plus du nom social.

Article similaire

Show Buttons
Hide Buttons