Business

Comment passer de la Micro-entreprise à l’Auto-entreprise ?

Si le régime d’auto-entreprise représente près de la moitié de toutes les start-ups en France, ce n’est certainement pas une coïncidence. La micro-entreprise est connue pour sa simplicité, grâce à des exigences de comptabilité et de reporting considérablement assouplies.

Toutefois, le régime des entrepreneurs indépendants a d’abord été conçu comme un tremplin vers d’autres statuts juridiques. Ses limites apparaissent alors très rapidement.

Lire également : Coworking à Genève : quels avantages pour les entrepreneurs ?

Ayant atteint un certain stade de développement de l’activité, il est nécessaire pour l’auto-entrepreneur de changer son statut. A cette occasion, il peut décider d’entrer dans la société. Un examen d’une procédure qui exige de la patience, de la rigueur et de la réflexion.

Pourquoi passer de l’auto-entrepreneur à la société ?

Il y a plusieurs raisons à la transition vers la société de l’auto-entrepreneur . Dépassement des seuils de la micro-entreprise n’est pas la seule raison.

A lire aussi : Comment lancer une nouvelle activité industrielle avec un budget limité ?

Dépassement des seuils de la micro-entreprise

Si la micro-entreprise n’est pas limitée dans le temps, c’est le cas en termes de chiffre d’affaires . Ce système social et fiscal simplifié est conçu pour aider les débutants à démarrer.

L’ entrepreneur individuel bénéficie du programme de micro-entreprise tant que son chiffre d’affaires annuel reste inférieur :

  • 176 200€ pour les activités de vente de marchandises,
  • 72 500 euros pour les services et les activités libérales.

Ces seuils sont fixés au prorata au cours de la première année de l’exercice. Ainsi, si l’activité a été créée en juillet, les seuils sont divisés en deux.

Le dépassement des seuils a pour effet de passer au régime commercial réel individuellement. A cette occasion, il est possible de donner la préférence à un société.

Cependant, il y a une période de tolérance . Si les seuils sont dépassés au cours de l’année N, le régime des micro-entreprises continuera de s’appliquer en N 1. Si le chiffre d’affaires de N 1 dépasse à son tour les seuils légaux, l’entrepreneur quittera le programme N 2 micro-entreprise.

Par conséquent, l’auto-entrepreneur ne peut pas dépasser les seuils de la micro-entreprise pendant plus de deux années consécutives.

Retrait volontaire du régime des micro-entreprises

Grâce à sa simplicité, la micro-entreprise concentre près de la moitié de toutes les start-ups. Toutefois, à moyen et long terme, un tel système social et fiscal peut s’avérer inutilisable.

Parmi les grands points noirs de la micro-entreprise : l’incapacité de soustraire les coûts au réel. Pour les activités nécessitant d’importants investissements initiaux ou gros mensuels exiger des dépenses, la micro-entreprise n’est plus si avantageuse. Par exemple, il est impossible de déduire le salaire de ses employés, ou de louer des locaux commerciaux !

En plus d’un certain montant de coûts mensuels, il est souvent imprudent d’attendre que les microentreprises atteignent les seuils pour passer à un autre statut.

En outre, la micro-entreprise est un statut individuel. Il n’est pas possible de devenir un partenaire entre micro-entrepreneurs. Ce régime bloque donc les possibilités d’association lorsque l’entreprise grandit.

D’ autres raisons peuvent conduire à un statut juridique différent, comme le désir d’avoir une plus grande crédibilité envers les partenaires commerciaux et les partenaires financiers, ou de lever des fonds.

Les effets de la transition de l’auto-entrepreneur à l’

entreprise La transition de l’auto-entrepreneur à la société a des conséquences sociales et fiscales importantes.

Conséquences sociales de la transition

Les conséquences sociales de la transition vers la société dépendent de la forme sociale choisie . En effet, le système social du dirigeant n’est pas le même pour toutes les sociétés.

L’ entrepreneur indépendant est un professionnel affilié au système social des travailleurs indépendants. Elle fait partie d’un système simplifié, le système microsocial.

Le gestionnaire d’EURL est également couvert par le régime des travailleurs indépendants . Cependant, les règles avantageuses du régime microsocial ne s’appliquent plus. Les taux d’imposition sont plus élevés et les cotisations minimales de sécurité sociale doivent être versées même s’il n’y a pas de rémunération.

Créer un SASU signifie un changement dans le système social pour l’entrepreneur. C’ est maintenant un membre du régime des employés. Il jouit de la même protection sociale que celle de travailleurs, à l’exception de l’assurance-chômage. Les bordereaux de salaire doivent être préparés.

Le coût est plus élevé que celui des travailleurs indépendants.

Effets de charge de la transition

L’ entrepreneur indépendant est soumis à l’impôt sur le revenu, dans la catégorie BIC (bénéfices industriels et commerciaux) ou BCN (bénéfices non commerciaux). Il bénéficie du système de microtaxation .

Sauf option d’exonération de l’impôt sur le revenu, le chiffre d’affaires est soumis au barème progressif après application d’une redevance forfaitaire pour les dépenses (de 34 à 71 %).

La transition de l’auto-entrepreneur à une entreprise change la façon dont son chiffre d’affaires est posé.

L’ EURL avec un partenaire physique est soumis à l’impôt sur le revenu de droit, tandis que le SAS est soumis à l’impôt sur les sociétés. Cependant, par option et dans des conditions, il est possible de choisir la méthode alternative d’imposition.

Si l’entrepreneur choisit de passer à l’EURL ou SASU à l’IR , il sera imposé sur ses bénéfices, après déduction des coûts (hors rémunération).

Si l’entrepreneur choisit de passer à l’EURL ou au SASU à l’IS , deux types de taxes existent côte à côte. Le contractant est imposé sur la base de la RI pour la rémunération et les dividendes qu’il reçoit. La société paie l’IS sur ses bénéfices.

La micro-entreprise : les étapes de la transition vers la société

La transition vers une entreprise nécessite la fermeture de la micro-entreprise, puis la contribution ou le transfert de l’entreprise à une entreprise nouvellement créée.

Choisir un formulaire social personnalisé

La première étape de la transition vers la société consiste à choisir une forme sociale appropriée.

Il existe de nombreuses formes sociales. certains sont toutefois réservées à des activités spécifiques (par exemple SEL), d’autres sont réservées à différents projets (SARL, SAS, SA…).

Deux formes sociales ont été particulièrement adaptées après une première expérience entrepreneuriale dans les micro-entreprises : SASU et EURL . Ils ne sont que la déclinaison personnelle de SAS et SARL. Les mêmes règles s’appliquent.

L’ EURL est une forme sociale caractérisée par la rigidité. La loi impose toute une série de règles et de références à inclure dans les statuts. Ces exigences peuvent rassurer les entrepreneurs à la recherche d’un cadre, tout en sanctionnant des projets plus innovants. Dans ce cas, la flexibilité du SASU est la bonne solution.

En plus de ces remarques juridiques, il existe d’autres critères de choix entre l’EURL et le SASU : le régime fiscal, le système social de l’exécutif, le traitement des dividendes…

Il n’y a pas de forme sociale plus intéressante que toute autre. Tout dépend des caractéristiques du projet entreprenant.

Clôture de la micro-entreprise

La transition vers la société exige la cessation des activités de la micro-entreprise au sein d’un Centre de formalalités des entreprises (CFE). La CFE compétente est celle avec laquelle l’entrepreneur indépendant a indiqué le début de ses activités.

Le résultat de cette formalité est de retirer la micro-entreprise des registres.

Créer une société unique

Parallèlement aux rayonnements provenant de la micro-entreprise, les anciens indépendants doivent passer par les étapes habituelles pour ouvrir leur EURL ou SASU :

  • l’ élaboration et la signature des statuts par les partenaires ;
  • paiement du capital social sur un compte bancaire,
  • publication d’une annonce dans un journal des annonces légales (JAL),
  • soumettre un fichier de création d’entreprise avec le CFE approprié.

Un Kbis est délivré à la suite de ces procédures. Il témoigne de l’existence juridique de la société nouvellement créée.

Contribution ou vente de la société à l’entreprise

La société existante doit être amenée ou vendue à l’entreprise.

Ces formalités exigent une évaluation de la valeur des actifs incorporels (clients, nom commercial…) et des actifs corporels (machines, outils…) de l’ancienne entreprise indépendante.

Dans le cas d’une contribution, ces actifs ont été transférés à la société au moment de sa création. Nous parlons d’une contribution en nature. En échange de sa contribution, l’entrepreneur reçoit des actions ou des actions.

Si ces articles, au contraire, sont vendus, le transfert a lieu après la création de la société. Le dernière va dans la dette pour acheter la société. Elle peut déduire les intérêts sur les prêts de son revenu imposable. L’entrepreneur, contrairement à la contribution, reçoit immédiatement de l’argent comptant.

Le transfert au moyen d’intrants en nature a lieu au moment de la création de la société. Si elle est vendue, le transfert a lieu après la création de la société.

Il est également possible, même si l’hypothèse est plus rare, de procéder à la location et à la gestion de l’entreprise . L’entrepreneur reste le propriétaire de son entreprise, qu’il loue à la société nouvellement créée.

Transition dans la société : prendre les bons réflexes

La transition vers la société est donc synonyme de bouleversements profonds pour l’ancien auto-entrepreneur. Son système social et ses règles fiscales subissent une turbulence. Il est important d’être accompagné dans cette nouvelle étape . Cours à un comptable peut être une bonne idée.

La gestion des dépenses professionnelles doit être extrêmement stricte afin de déduire légalement et clairement les coûts de l’entreprise. En tant que tel, il est nécessaire d’avoir un compte bancaire professionnel efficace et innovant, comme celui de la banque en ligne pour les professionnels manager.one.

Transition vers une entreprise d’un auto-entrepreneur : ce qu’il faut retenir

  • Il y a plusieurs raisons de visiter la société. Le dépassement du seuil de chiffre d’affaires de la micro-entreprise est un flux d’hypothèses.
  • Parfois, la transition vers la société sera avantageuse, même si le seuil de chiffre d’affaires n’est pas dépassé. La micro-entreprise n’a pas seulement des avantages.
  • La transition vers la société a de nombreuses implications sociales, juridiques et fiscales.
  • Il est important de prendre le temps de choisir une forme sociale appropriée.
  • La fermeture de la la microentreprise est une étape essentielle de la transition vers la société, mais elle est facile et rapide.

Article similaire

Show Buttons
Hide Buttons